Archive de la catégorie ‘Curiosite[s]’

…non, ce n’est pas E.T. …

Jeudi 23 avril 2009

dsc08961.jpg 

Monsieur Vieira, aujourd’hui disparu, a réalisé des sculptures structure métal recouvertes de bandes de plâtres peintes depuis son atelier installé dans sa maison de retraite. Et ce n’est pas E.T. présenté ici, mais Marie-José Perec (si, si) qui, mais on ne saura jamais dans quel sens, a vivement inspiré l’artiste… étrange et qui ne manque pas d’interloquer…

Table Roger Capron (1958)

Mercredi 11 mars 2009

photoboutique074.jpg photoboutique075.jpg

Né à Vincennes, Roger Capron (1922-2006) est d’abord intéressé par le dessin. Il est élève des Arts Appliqués de Paris de 199 à 1943 et professeur de dessin en 1945.

La découverte de la céramique le pousse à changer de support : en 1946, Roger Capron s’installe à Vallauris où il crée un atelier de céramique et s’associe avec Robert Picault puis Jean Derval en 1948, participant ainsi à la renaissance de la céramique à Vallauris.

L’aventure industrielle

En 1952, Roger Capron rachète une poterie désaffectée de Vallauris et y ouvre une petite usine de créations céramiques destinées à l’architecture, avec 15 ouvriers. Ses créations seront reconnues et récompensées: médaille d’or à Milan en 1954, médaille d’argent à Cannes en 1955 (la ville lui passe commande en 1956 d’un bandeau céramique de 150m² pour la gare maritime), médaille d’or à Bruxelles en 1958.

A partir de 1969, il débute des travaux de grès de grand feu et reçoit en 1970 le grand prix international de la Céramique. Sa manufacture en 1980 emploie 120 personnes. Mais suite à la crise économique, il doit fermer son entreprise en 1982.

Des pièces uniques

Après 1982, Roger Capron aborde un travail totalement nouveau avec des pièces uniques, proches de la sculpture. Aidé de son épouse, Jacotte, et de Jean-Paul Bonnet, l’ouvrier permanent qu’il a conservé, il rouvre un petit atelier dans la rue principale de Vallauris, et fournit des sculptures et des pièces en raku à destination de galeries du monde entier.

Trancheuse à pain années 50

Vendredi 6 mars 2009

photoboutique029.jpg Il s’agit de la célèbre marque danoise Raadvad. On s’en sert traditionnellement pour couper toute sorte de pain. On peut aussi détourner son utilisation pour en faire un super objet de décoration qui mettra en valeur votre cuisine, votre boulangerie ou pourquoi pas votre restaurant !

Des toiles, des aquarelles, huiles & acrylique

Samedi 21 février 2009

 photoboutique030.jpg

Ce n’est pas un Buffet… Netton Bosson, peintre suisse (1927-1991)

 photoboutique020.jpg

Facundo Bo, ‘Les deux jumeaux’ 1991

 Facundo Bo est  né en Argentine. Acteur célèbre, un des fondateurs du groupe TSE, il a interprété parmi ses innombrables rôles, Eva Peron, Comédie policière, Peines de cœurs d’une chatte anglaise, La Fuite en Chine, Les Deux Jumeaux vénitiens et Les Jeux de l’Amour et du Hasard, L’Histoire du Théâtre, mis en scène par Alfredo Arias. Il a également joué dans La Nuit de Madame Lucienne mis en scène par Jorge Lavelli, avec Maria Casarès, et dans L’Absolu Naturel, mis en scène par Simone Benmussa, avec Arielle Dombasle. Facundo Bo a participé aux films de Jacques Rivette, Jean-Paul Rappeneau, René Alio, Nina Campanez, Jacques Doniol-Valcroze et Gabriel Aghion.
Auteur de contes et de dessins, Facundo Bo a exposé à Paris, Caracas, Buenos Aires, Aix-en-Provence, Saint-Tropez, Toulouse.
Le groupe TSE vient à Paris en 1968. C’est un groupe d’Argentins en exil, nés dans le même quartier de Buenos Aires, ayant connu au lycée la même éducation européenne, ayant subi au dehors le même « matraquage culturel » américain à travers la télévision, le cinéma et le Coca-Cola. Le groupe s’est formé en 1966 autour d’Alfredo Rodríguez Arias (né en 1944), et appartient au milieu d’avant-garde qui, pendant une brève période de libéralisme relatif, bouillonne, sur le modèle new-yorkais, dans les galeries d’art, mêlant peinture, sculpture, musique, danse et théâtre.La censure arrête le mouvement. Le groupe TSE arrive à Paris avec un répertoire constitué, trouve à donner quelques représentations quasi « clandestines » au musée d’Art moderne, à l’Épée de Bois. Quand on a la chance de les voir, on est ébloui par leur extrême professionnalisme, et l’ironie hautaine avec laquelle ils appliquent leurs grilles d’analyse au divertissement à l’américaine (Goddess), au roman (Dracula) ou à la bande dessinée moderniste (Aventura et Futuras). Ils explorent la culture dite « mineure », en dégagent les codes et les retranscrivent en évacuant toute émotion et toute psychologie.(…)

Années 70 : la belle époque du design

Samedi 21 février 2009

photoboutique004.jpg photoboutique025.jpg  photoboutique019.jpg photoboutique005.jpg 

Ahhhh, la fameuse TV boule Philips 1970 !!!…

Miroirs de sorcière

Samedi 21 février 2009

photoboutique069.jpg photoboutique066.jpg photoboutique068.jpg janvaneyck.jpg

Le miroir convexe, portion de la fameuse sphère magique, est présent dans de nombreux tableaux des maîtres anciens. On peut citer Bellini et Le Caravage, mais aussi Jan Van Eyck et son “Couple Arnolfi”, Quentin Metsys, “Le Cambiste et son épouse” ou encore Girolamo Francesco Maria Mazzola (ou Mazzuoli) surnommé Parmigianino (“le Parmesan” car il était né à Parme) et son autoportrait, où il s’est représenté, reflété dans un miroir convexe.

Les miroirs convexes furent appelés des « miroirs de sorcières » car on leur attribuait des pouvoirs magiques. On en trouvait beaucoup dans les foyers flamands. Placés en face d’une fenêtre, ils permettaient de diffuser beaucoup de lumière dans l’intérieur des maisons.

Ils sont restés une tradition de l’Europe du Nord.

Un autre nom habituel est « miroir des banquiers » car ils permettaient aux banquiers, orfèvres et usuriers de surveiller l’ensemble d’une pièce.

Lampes d’usine, Jieldé, Lita, Sollux…

Vendredi 20 février 2009

photoboutique0431.jpg photoboutique044.jpg lampe4.jpg lampe3.jpg lampe2.jpg lampe1.jpg

Des lampes d’usine, liseuses, projecteur, lampes sur pied ou appliques des années 1930 à 1950, remises en parfait état et aux normes éléctriques en vigueur.

De nouveaux modèles arrivent régulièrement, ça vaut le coup d’oeil !